POUR EUX CEUX DE 14 /

POUR CEUX DE 14

  Depuis des années,je suis dans ce monde de mémoire.Mes chemins m'ont permis de connaître bien des gens,j'ai découvert des lieux parfois oubliés,aujourd'hui détruits par le modernisme,certes les cartes postales restent,mais bien vite ces lieux deviennent lègendes avec des histoires extravagantes ou tombent dans l'oubli.Parfois un objet dans une collection ravive leur passé.Mais ces lieux ont vu des hommes,des hommes qui sont tombés eux aussi dans l'oubli,sauf le 11 novembre ou il y a encore une poignéede gens qui se souviennent,les sites de combats sont devenus des parcs pour joggeurs,randonneurs,lors de la sortie dominicale on y promène le chien ou la belle-mère,mais ils ne savent plus sur quel sol ils marchent,là sous leurs pieds des hommes sont morts,mais il y a longtemps,les mémoires sont courtes.Autre exemple,dans les brocantes les objets ont leur histoire:"tiens ce fusil date de .... fabriqué à ..... en X exemplaires", ou " cette médaille,très rare,elle vaut .... euros",donc les effets militaires ont plus de valeur que la vie des poilus.Bien sûr,il y a des reconstitutions,certaines pédagogiques,d'autres ludiques,mais je ne juge pas,l'image du combattant est présente,montrée aux gens comme une piqûre de rappel.J'avais 18 ans quand j'écoutais des anciens,depuis je suis leurs traces,des cimetières aux champs en labours. Je regarde le paysage qui parle d'un combat,j'explore un souterrain qui me livre des pages d'histoire. Là une grange,une masure en ruine me donnent aussi le récit du passage de telles ou telles division,parfois des dessins coquins laissent dire qu'avant tout ces soldats étaient des hommes,pour ma part ,je les respecte  comme quelques historiens de la grande guerre,je dis bien historien,pas conteur local à l'imagination dingue d'un réalisateur de science-fiction mettant en scène des milliers d'hommes pour une bataille dont le nom lui-même est presque vrai,bâtissant des récits illustrés d'un dessin,d'une carte postale. Pauvre soldat,même ton image sur les monuments aux morts en voit de toutes les couleurs,tu passe du bronze au blanc,même ça on oublie. Bien sûr,chaque année,des livres parlent d'eux,mais bien des livres sont des romans,la vérité,ABEL GANCE la montre dans "j'accuse" , la montre comme  "les croix de bois " de ROLAND DORGELES ou " a l'ouest rien de nouveau " d' ERIC MARIA REMARQUE . L'imaginaire de la grande guerre enrichit des auteurs mais ne rend pas l'image de ce père de famille contraint à tout quitter pour parfois mourir dans l'indifférence totale d'un parmi bien d'autres.  Par ce site,je voudrais montrer ce qui reste de leurs combats mais  aussi pourquoi des corps découverts lors de travaux finissent dans des fosses communes malgrés une identification possible,non je ne pointe pas seulement certains collectionneurs avec des detecteurs,mais des agents agréés pour des fouilles archéologiques auxquelles je consacre une bonne place dans ce site.Merci      HERVE LEMAIRE .

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.